Rechercher
  • Sandra Didi

Un automne à Bénares


Namasté !

Voici un petit résumé des trois derniers mois passés à Bénares. Je souhaitais comme d'habitude vous donner des nouvelles régulières mais ma tablette à définitivement rendue l'âme...

L'annonce de mon retour est toujours source d'excitation pour les enfants, d'autant que cette fois c'est 10 longs mois que nous avons du patienter. Je ne sais pour qui ces longs mois sont les plus longs, certainement pour moi, car les enfants ont une faculté d'adaptation assez étonnante. Ils ont compris que je ne pouvais être là tout le temps, et même s'ils me disent qu'ils préfèreraient que je reste, ils ont aussi compris que je dois travailler et surtout que je reviendrai... Dans quelques mois...

Nous avons donc savourer nos retrouvailles avec une joie non dissimulée, et les longs mois d'absence ont été vite rangés au fond d'un tiroir, laissant la place au moment présent et à tout ce que nous allions pouvoir partager tous ensemble.

La vie à donc repris son cours tranquillement avec les nombreux festivals de l'automne, Durga Puja, Diwali, Dev Deepawali, Chhat Puja, et j'en passe !

Notre sortie annuelle à été une journée maqique, grandiose, magnifique ! Je remercie à nouveau Fabienne DAMARIUS, Zahia BOUKEFOUSS et Bernard BELLET qui ont financé cette escapade de bonheur !

Nous n'avons pas encore décidé ce que nous ferons l'année prochaine mais si l'un ou plusieurs d'entre vous souhaitent parrainer une sortie, n'hésitez pas à me le faire savoir !

Nous avions 23 enfants à mon retour, nous en avons à présent 21. La petite Saraswati à de nouveau arrêté de venir au coaching et a aussi arrêté l'école. J'ai tout essayé pour la garder, mais je ne peux me battre contre son moulin à vent de père... Kartik est parti sur décision des enfants (et oui je les fait participer aux décisions que nous devons prendre lorsqu'ils sont concernés).

Suite à ces deux départs nous avons décidé avec les professeurs de ne plus faire de nouvelles admissions. Je suis fatiguée de voir passer des enfants qui disparaissent du jour au lendemain sans aucune explication.

J'ai bien expliqué aux enfants les nouvelles règles, j'ai également fait un meeting avec toutes les mamans pour leur faire part de ma déception, et aussi de mon agacement. Je fais 50% du travail en apportant un soutien financier, un lieu de travail pour les enfants, des professeurs pour les aider, les parents doivent également faire leur part de travail en veillant à ce que leurs enfants aillent chaque jour au coaching et à l'école. Ils doivent également avoir la politesse de prévenir les enseignants quand les enfants sont malades, ou qu'ils partent dans la famille au village, ou qu'ils doivent aller travailler avec leur père... J'ai donc prévenu que les retards ou les absences injustifiées seront à présent sanctionnés.

J'ai beaucoup appris sur l'Inde en trois ans, j'ai essuyé beaucoup de déceptions, quelques échecs. J'ai aussi fait des erreurs, des erreurs de jugement, des erreurs en rapport avec une culture que je ne connaissais pas, des erreurs en rapport avec l'affectif, mais je n'ai jamais perdu de vue la raison pour laquelle j'avais créé cette association : donner une chance à des enfants issus de familles vivant en dessous du seuil de pauvreté de pouvoir aspirer à une vie meilleure. Je ne vise absolument pas l'université et les études pour tous, je ne pénaliserai jamais un enfant qui à de mauvais résultats mais qui travaille et n'a pas la facilité d'apprendre. Ce que je veux c'est qu'ils donnent le meilleur d'eux même, avec leurs capacités propres. Ceux qui seront en mesure de faire des études, nous les accompagneront, pour les autres nous trouverons des solutions.

Ce que je constate aujourd'hui, c'est les progrès de tous les enfants que j'ai changé d'école, c'est les étoiles dans leurs yeux quand je les félicitent même si les notes ne sont pas extraordinaires, mais que je sais qu'ils ont travaillé et donc progressé. Je suis fière de leurs progrès, de leur travail et de leur investissement. On leur en demande beaucoup, et croyez moi, ils doivent avancer dans des conditions particulièrement difficiles. Essayez de travailler dans 3 mètres carrés de surface habitable avec maman qui cuisine, les frères et soeurs qui se chamaillent, et.... le reste... Alors Oui ! je suis très, très fière d'eux.

Durant ces trois mois je me suis rapprochée d'une association indienne qui oeuvre pour les adultes handicapés. Shilla et son mari prennent soin d'eux chaque jour en leur offrant diverses activités. Leur plus grand travail est de faire en sorte qu'ils soient reconnus comme des personnes à part entière. Aux yeux de la société d'une part, mais surtout auprès de leurs familles respectives qui n'ont pas conscience que leur enfant est capable de beaucoup de choses malgré le handicap. J'ai passé quelques matinées avec l'association "Divya Jyoti" pour les aider à confectionner des objets qu'ils vendent pour l'association. Un grand merci à toutes les personnes qui m'ont acheté des bougies. Nous avons avec Shilla des petits projets de confection pour l'année prochaine...

Je suis également allée visiter une école dans un village à environ 60 kilomètres de Varanasi. C'est l'épouse de mon ami le Docteur Sahil, Neha, qui à créé cette école d'environ 200 élèves il y a cinq ans. J'aimerai trouver une école ou un collège français afin que les élèves de ces deux pays puissent établir un échange. Si quelqu'un à des pistes....

Je reviens donc avec de nouveaux projets pour l'année prochaine, soutenir l'association Dyvia Jyoti avec l'aide d'une association française, mais cela je vous en reparlerai plus tard, soutenir également l'école de Néha avec un échange Franco/Indien, et pour India's Happy Smile faire en sorte que tous les enfants puissent bénéficier d'une visite chez le dentiste car certains en ont bien besoin.

La fin de l'année approche, c'est le moment de vous parler des adhésions et des dons. Ce n'est pas le moment le plus facile pour moi que de solliciter votre générosité, mais beaucoup d'entre vous m'ont demandé de le leur rappelé, alors... L'adhésion à l'association est toujours de 10€ par an. Vous pouvez également faire un don unique du montant de votre choix, ou un don mensuel du montant que vous souhaitez également. Pour parrainer un enfant le coût est de 120€ pour l'année. Pour tout renseignement complémentaire n'hésitez pas à me contacter.

Pour conclure, j'ai l'immense plaisir de vous annoncer que nous ferons notre 3e soirée indienne le 11 avril 2020. Cette soirée se déroulera comme les précédentes, avec une petite surprise... Mais je vous en dirais plus très bientôt !

Joyeuses fêtes de fin d'année à tous !!!

Sandra


15 vues

Association loi 1901 déclarée en préfecture et parue au journal officiel  le 16 janvier 2016

N° RNA W051001625

Adresse France :

Association India's Happy Smile

26 Avenue de la République

05 100 Briançon

Tél : 07.70.00.43.56